Ces petites choses #4 : Okja

Coucou,

Aujourd’hui, je voulais vous parler d’un film qui me tient fort à coeur pour les valeurs qu’il dégage ainsi que l’histoire en elle-même : Okja.

40586899_708231842850143_7456382324746223616_n

Okja, c’est un film Netflix réalisé par Joon-Ho Bong.

Lucy Mirando, qui est à la tête de la société Mirando, annonce la création de cochons géants. Pour les promouvoir, elle en envoie 26 dans différents pays pour qu’ils soient élevés selon les spécificités locales. Au bout de 10 ans, un des cochons sera couronné le plus beau cochon.

Pendant 10 ans, une jeune fille, Mija, s’occupe sans relâche d’Okja, un des 26 cochons, dans les montagnes de la Corée du Sud. La firme Mirando venant chercher Okja pour rentrer à New York. Cependant, on comprend vite que cela n’est pas juste un concours.

Tout d’abord, je ne conseillerai pas ce film à tout le monde mais plutôt à un public averti. Même si le début du film est fort « enfantin », la complicité entre Mija et Okja, l’histoire ne se contente pas du basique scénario  » les méchants adultes ont capturés le meilleur ami animal de l’héroïne et celle-ci fait tout pour le récupérer ». Avec certes de temps en temps des petites notes d’humour, au fur et à mesure, on nous présente des scènes réels, tragiques et poignantes, comme par exemple la scène dans le laboratoire ou l’abattoir. On passe vraiment d’un monde idéaliste à un monde plutôt réel. Tout au long de l’histoire, on passe du rire aux larmes en passant également par la colère.

Même si l’animation d’Okja présente quelques soucis surtout au début du film, la peau de l’animal contraste fort avec l’environnement par exemple, on oublie presque qu’Okja est une image de synthèse et qu’on ne se retrouve pas devant un vrai animal ! On voit juste Okja. Le rythme du film est bien, on ne s’ennuie à aucun instant. Mais on n’est pas non plus perdu dans la rapidité des événements qui se succèdent.

Comme on peut vite s’en apercevoir, le film traite en grosse partie le sujet du végétarisme et de notre consommation en générale. Mais contrairement à ce qu’on peut s’attendre, le film n’est pas tout noir ou tout blanc sur le sujet. On nous montre la réalité et l’horreur qui se cache derrière chaque bout de viandes mais on nous montre aussi les « excès » qui peuvent amener à un mode de consommation trop extrême, quand par exemple Jasper refuse de manger quoi que ce soit car l’aliment à forcément du exploiter quelqu’un, que ça soit un animal ou une personne. Le film ne nous juge en aucun cas sur notre alimentation mais nous propose plutôt de faire un choix, de revoir notre jugement et nous montre la réalité de notre consommation. Personnellement, même si je ne suis pas végétarienne (à vrai dire, je me pose pas mal de questions sur le sujet), c’est un sujet qui me tient à coeur car je trouve que l’on peut tous de notre façon diminuer notre « emprise » sur les animaux comme par exemple diminuer notre quantité de viandes et de poissons, utiliser que des produits et cosmétiques non testés sur les animaux, éviter le cuir, la fourrure, etc. Il existe pleins de petits gestes pour sauver des vies sans forcément tout changer d’un coup.

Et vous ? Est-ce que vous aviez déjà entendu ou vu ce film ? Qu’est-ce que vous pensez du végétarisme ? Est-ce que vous utilisez déjà des alternatives aux souffrances animales ?

Je suis curieuse d’avoir vos avis !

Gros bisous !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s